Un maudit français au pays des castors

Quelque chose que sans un pli, sans une tâche…

Les nouvelles hebdomadaires sont là! Ouéééééé!

Tout d’abord, un grand merci à ceux et celles qui m’ont souhaité ma fête (31 mars, Saint Benjamin). Pour les autres, c’est pas grave, j’avais oublié aussi.

Que dire que je n’ai déjà dit sur ma vie à Victoria? Les semaines passent et peu de choses changent. J’ai donc perdu mon emploi précédent la semaine dernière. Petite précision d’ailleurs, parce que je crois que j’ai été mal compris: je ne travaillais pas pour Amnesty International. Je travaillais uniquement pour une entreprise (Public Outreach) se chargeant de démarcher les particuliers en lieu et place de diverses ONG, au rang desquelles Amnesty mais également la Croix Rouge ou PLAN, … . De la sous-traitance humanitaire si vous voulez. Mais bon, c’est pour le moment de l’histoire ancienne jusqu’à ce que je puisse repostuler d’ici deux mois.

J’ai à présent un nouveau job dans un Fish & Chips sur le port. C’est très agréable, je vais finir l’été avec une bouée naturelle à la ceinture et le cadre est vraiment agréable lorsqu’il ne pleut pas. Il faut avouer que flotter sur l’eau toute la journée et nourrir à la main les trois ou quatre phoques qui se baladent dans le port n’est pas le job le plus horrible au monde. A ceci près que 1) tout dépend du temps (mauvais temps = peu de clients = renvoyé à la maison en avance pour manque d’activité = paie amoindrie) et 2) ça n’est pour le moment qu’un temps partiel. Mais c’est mieux que rien et je sais que certains seraient près à vendre père et mère pour un fish and chips quotidien; donc je ne me plains pas. Et puis les beaux jours reviennent petit à petit ce qui n’est pas pour me déplaire; le réservoir de fioul est vide depuis deux semaines à la maison et j’en ai marre de me les geler (hein? quoi? les oreilles bien entendu) en me levant le matin ou dès que je porte moins de deux couches de pulls.

Mon vélo est enfin réparé avec une grande découverte à la clef: il n’est rien que la ficelle ne puisse faire. Et des pneus neufs sont généralement d’une grande aide lorsqu’il s’agit de redonner un coup de jeune à une bicyclette en fin de vie. Maintenant, il ne reste plus qu’à espérer que la pluie cesse un peu, que j’éprouve un réel plaisir à pédaler. Parce que ma douche, je la préfère généralement chaude, sans vêtements et dans ma baignoire, merci bien.

 

Sinon, dans les projets qui se préparent: je prévois toujours une session camping dans pas trop longtemps, sans doute après le 19 avril (date de la prochaine paie) et Martin (le célèbre Martin H.) devrait passer dans la région courant mai, ce qui pourrait se traduire par au choix une aventure en canoe le long de la côte nord-ouest et dans les Rocheuses ou une aventure plus civilisée le long de la côte ouest des Etats-Unis. Mais vous en entendrez parler d’ici là.

Un petit mot moins sympathique pour la fin; si jamais l’un(e) d’entre vous connait une « ingénieur informaticien » qui travaille pour facebook, je vous laisse le choix: vous pouvez soit lui conseiller d’aller s’abriter dans le plus proche abri anti-atomique pour les 30 prochaines années. Ou bien vous pouvez me filer ses coordonnées, que je lui envoie son propre faire-part de décès sous peu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s