Un maudit français au pays des castors

Un retour en grande pompe.

ChèrEs touTEs,

pardon du grand retard accumulé ces derniers temps concernant ce blog. J’ai manqué au moins deux rendez-vous hebdomadaires et je m’en vais de ce pas, plein de pénitence, vous battre ma coulpe.

J’ai d’abord été malade pendant mes jours de repos, puis franchement occupé. La visite d’une amie en provenance de l’Ile du Prince Edouard (située au nord de la Nouvelle Ecosse) m’a ensuite accaparé, le tout entre-coupé d’un 20 avril qu’il me fallait bien fêter comme il se doit. Et puis sinon ben le boulot pour changer. De fait, rien de très neuf n’a fait irruption dans ma vie ces quelques dernières semaines. Je gagne (enfin) ma vie tant bien que mal; je ne roule pas sur l’or mais entre l’aide familiale et mon salaire, j’arrive à payer mon loyer et à vivre sans excès. Les fêtes de Pâques se sont bien passées également, presque de manière inaperçue. L’ambiance est particulière ces jours-ci; les élections approchent à grands pas (ce week end pour être plus précis), ce qui est extrêmement important pour le pays au vu des pauvres résultats de Stephen Harper à presque tous les niveaux après plus de 5 ans au pouvoir. A cela s’ajoute une Coupe Stanley mouvementée du côté de l’ouest avec une victoire en quart de finale des Canucks de Vancouver qui ont bien failli échouer face aux Blackhawks de Chicago après 3 matchs perdants. De fait, rien n’est perdu et les Canucks continuent d’être la meilleure équipe de ces play-offs. Bref, une tension certaine est présente dans l’atmosphère et le démarrage laborieux du printemps n’aide pas à réduire la pression.

J’attends patiemment que les beaux jours s’installent de manière durable ainsi qu’un break de plusieurs jours consécutifs dans mon travail pour pouvoir enfin partir un peu à l’aventure. Ma vie sociale étant pour le moment à son plus bas, je commence à m’ennuyer un peu. Quelque part, c’est bénéfique, il faut parfois s’ennuyer pour trouver la motivation de changer de cap, même de manière incrémentale. Une de mes nouvelles découvertes, par exemple, est la partie nutritionnelle du sport. Faisant plus d’exercice maintenant qu’auparavant, je commence à glaner de plus en plus d’informations sur les nourritures riches en acides aminés, particulièrement efficaces pour faire fondre la graisse et booster la production de masse musculaire. Un ancien collègue (une armoire normande joviale de 2 mètres de muscles et nutritionniste sportif) m’avait d’ailleurs appris à ce titre que la consommation de sucres est a priori inutile, notre organisme ayant cette capacité géniale à produire son propre sucre. Exemple vivant de cette observation, je n’ai jamais vu ce géant en question manger autre chose que des légumes et des céréales. Ca donne matière à réfléchir et surtout une bonne raison pour rendre ma consommation de bacon ultra-périodique, si ce n’est inexistante. On verra combien de temps je tiens.

* * *

Avant de vous laisser une fois encore, je m’étais dit que j’aborderais bien un sujet qui fâche, pour changer. Particulièrement parce que c’est d’actualité (culturelle, politique et spirituelle, tenez-vous bien) et que j’ai réussi à en entendre parler, même à l’autre bout du monde. « Où veut-il donc en venir ? » devez vous vous demandez. Rien n’est plus simple pourtant: l’oeuvre Piss Christ de Serrano, exposée à la Collection Lambert à Avignon (accrochez-vous bien, ça va envoyer).

J’ai tout d’abord été étonné par le bruit qui a accompagné cette exposition. Après tout, l’oeuvre en question date de 1987 et, personnellement, ça n’était pas la première fois que j’en entendais parler. Pour être plus précis, je me rappelle avoir appris l’existence de cette photo il y a de cela au moins 4 ou 5 ans via les médias. A l’époque pourtant, point de foin. Sans doute un oubli de la part de l’Institut Civitas, si prompt aujourd’hui à se présenter comme le défenseur attitré des chrétiens de France et de Navarre, sous un mandat dont personne ne connaît l’origine, pas même sans doute Alain Escada. Une opération du Saint Esprit à n’en point douter.

Au delà du fait qu’avant de fustiger cette oeuvre, les milliers de chrétiens qui se sont sentis blessés dans leur foi auraient du écouter ce que Serrano – artiste chrétien se revendiquant comme tel par ailleurs – avait à dire quant au sens de sa photo, je suis étonné que tant de disciples du Christ aient saisi sans réfléchir et à pleines mains le bâton qu’on leur tendait pour se faire battre. Pourquoi?

Parce que d’une part, si véritablement vous estimez que cette photographie est une provocation, répondez-y comme toute personne un minimum sensée répond à ce genre de chose: par le dédain. L’Eglise est passée maître dans ce type de réponse lorsqu’il s’agit de sujets comme le préservatif ou la présence de pédophiles en son sein (je sais, c’est facile, mais que voulez-vous; j’ai du mal à ignorer the elephant in the room), pourquoi donc ne pas appliquer la même méthode en ce qui concerne cette oeuvre? Sans compter qu’il me semblait qu’un célèbre inconnu (c’est dommage, son nom m’échappe là tout de suite…) préconisait de tendre l’autre joue dans ce genre de situation. Un illuminé, ma bonne dame, pour sûr!

Mais bon, le manque de jugement est présent partout, même chez les chrétiens. Ce qui me semble beaucoup plus critiquable cependant, est la montée en épingle opérée par certains autour de ce sujet et le fait que d’autres aient pu la juger judicieuse. En effet, que peut-on entendre de la part de certains de ces chrétiens? Que cette oeuvre est blasphématoire, que le crucifix est sacré, et qu’en exposant cette photo, on fait insulte au Christ et donc à Dieu. Alors, reprenons ensemble. D’une part, le crucifix n’est pas un objet sacré. C’est un objet de culte, nuance. A moins d’être passé par un rituel de bénédiction, un objet, quel que soit le sujet qu’il représente, n’est pas sacré. Alors certes, le crucifix n’est pas réellement profane non plus et il possède une valeur sentimentale forte pour bon nombre de fidèles. Néanmoins, il ne revêt pas un caractère sacré au contraire d’une ostie consacrée, du Calice, du Coran ou du contenu d’une mezouza. Par conséquent, nous ne sommes pas dans le cadre d’une profanation. Quant au blasphème, que la personne qui ne jure jamais s’avance et jette la première pierre à Serrano. D’après mon expérience personnelle, toutes les personnes dont je sais qu’elles visitent ce site ont déjà fait usage du blasphème. Sans doute en est-il des versions plus acceptables que d’autres. Quoi qu’il en soit, l’idolâtrie rampante qui se cache derrière les bons sentiments des révoltés me gène. Rien de tel qu’un veau d’or en forme de croix, j’en connais un qui doit se taper des fous rires avec ses grouillots.

Enfin, j’entends de manière récurrente, notamment de la part de Civitas, que cette oeuvre insulte le Christ, et donc Dieu, que c’est inacceptable et que par conséquent il faut défendre notre religion. Jésus n’ayant pas requis d’aide pour être défendu lors de son arrestation et de sa Passion, je doute vraiment qu’il ait grand besoin de notre aide maintenant. En d’autres termes, Dieu dans sa Toute Puissance a sans doute un plan pour ce monde et quand bien même ce ne serait pas le cas, je doute vraiment qu’il ait besoin de notre aide pour se défendre. C’est juste un détail. J’aurais pu ajouter également des références à d’autres paraboles christiques du genre  » si quelqu’un veut te faire un procès et prendre ta chemise, laisse-lui encore ton manteau », les appels répétés du Christ à l’humilité, à la non-résistance, au pardon… choses que l’Eglise, encore une fois, est prompte à rappeler, particulièrement lorsqu’il s’agit de se protéger contre les effets désastreux de son inaction.

Pour finir, je trouve les régulières excuses faisant appel à l’Islam plus que déplacées. « Si les chrétiens réagissaient comme les musulmans, le monde serait plus respectueux vis à vis de notre religion », « personne ne trouve scandaleux de pisser sur un crucifix mais personne ne ferait la même chose avec le Coran », etc. J’ai vraiment du mal à identifier la logique de l’argument, outre le fait qu’elle est fallacieuse. Jusqu’à preuve du contraire, les communautés musulmanes françaises sont depuis l’arrivée de Sarkozy au pouvoir les communautés les plus discriminées, les plus régulièrement discréditées par le monde médiatique – souvent via des stéréotypes dont toute personne normalement constituée serait portée à penser qu’ils restaient le monopole du MNR – et les plus fustigées pour tout un tas de raisons liées, en particulier, aux réaction épidermiques d’une poignée d’intégristes lors, par exemple, de l’affaire des caricatures (qui pour le coup sont blasphématoires). Et je ne parle même pas des soi-disant lois et débats sur « l’identité nationale » ou la « laïcité » qui sont autant de façons d’enfoncer un peu plus le clou tout en espérant que le contribuable sera suffisamment anesthésié par sa journée de travail et le 20H pour n’y voir que du feu.

Pour achever cette critique du jour, j’aimerais dire un dernier mot. Loin de moi l’idée d’ajouter de l’huile sur le feu de ce débat stérile. Chacun étant libre de ses opinions, je n’irai pas taxer d’obscurantistes les fidèles qui ont cru bien faire en vandalisant la photo; leurs croyances restent leur problème, pas le mien (si ce n’est qu’étant chrétien, je trouve dommage qu’une fois encore une poignée d’enthousiastes se sente obligée d’entamer un peu plus notre réputation déjà peu brillante par des actes et déclarations qui semblent peu réfléchis). Je ne désire blesser personne sur ce sujet. Mais à l’avenir, s’il était possible de se poser 5 minutes et de considérer les choses sous un angle différent, je suis sûr que ça nous faciliterait le transit.

Allez, pour la route, n’oubliez pas que « Love is the message ».

Publicités

7 Réponses

  1. mam'

    je suis bien ravie de te lire, ce d’autant que je suis e-n-t-i-è-r-e-m-e-n-t d’accord avec tes propos, l’eusses tu crû???
    Ah un bon souffle dans les méninges… on a beau dire qu’on ne sait pas d’où il vient ni où il va, ça fait du bien quand on le sent passer.
    Merci!
    ne désespère pas du printemps, il arrive.

    avril 29, 2011 à 7:22

    • Comme quoi, il n’est de recoins que la lumière de la raison ne puisse atteindre.

      mai 6, 2011 à 6:31

  2. paule

    si je n’utiliserai pas complètement la même forme; je suis sur le fond assez d’accord avec toi.
    pourtant saches que je fais partie de ceux qui ont signé la première pétition sans avoir, je te l’accorde, pris le temps de me renseigner plus au delà sur l’oeuvre. mais c’est chose faite maintenant.
    alors; après un peu de recul, je ne regrette nullement d’avoir signé et sait parfaitement pourquoi je ne donne pas suite aux autres sollicitations de civitas.J’ai grandi à auxerre est suis donc vaccinée devant ce type de personnages.
    ce qui est malheureux dans l’histoire c’est qu’il y a d’un côté l’ego d’un artiste (à qui je laisse sa conscience de chrétien; c’est une histoire entre dieu et lui) et de l’autre les mêmes excités catalogués intégristes » qui parlent au nom de tous les chrétiens » à en croire eux-mêmes et les bouffeurs de curés bien pensants .cette situation est à classser dans le processus social de la pensée unique:à savoir:les intellectuels artistes et journalistes ont tous les droits au nom de la sacro sainte liberté d’expression, et les croyants (qq qu’ils soient, qu’importe la religion)sont par définition intolérants!!!!
    je parle en préambule de l’égo d’un artiste qui ne peut s’empêcher de diffuser sa vision des choses(et ce sont bien les moyens de diffusion qui me gènent!)

    j’aurais juste envie de demander à notre artiste chrétien quel besoin irrépréscible avait-il de nous faire partager sa vision des choses?(je n’ose pas imaginer que s’est une histoire de notoriété de reconnaissance et même d’argent.n’importe comment je suis soit médisante, soit naïve!!!) en tant que chrétien est ce que je m’interroge sur la blessure que je peux potentiellement infliger à d’autres chrétiens (pas intégristes! croyants!!!)ceux qui par exemple vouent leur vie à contempler ce corps meurtri et qui y puisent tant de message de joie de bonheur, d’espérance.malgré cela je veux bien penser que Serrano est sincère et respectueux dans sa démarche artistique chrétienne.
    qu’en est il des commanditaires et diffuseurs de l’exposition?et là je crois que civitas ne se trompe pas!
    dans cette histoire tu as bien raison l’exploitation qui en est faite est désastreuse pour la progression et la diffusion du message évangélique,
    je suis persuadéé comme toi que Dieu infiniment grand et miséricordieux n’a pas besoin que l’on menace de mort l’artiste et sa clique de diffuseurs , et compte sur nous au contraire pour relayer son message de paix et de tolérance.
    continue à bien te porter
    bisous

    avril 30, 2011 à 12:58

  3. mam'

    après quoi courent-ils pour la coupe stanley:
    un ballon rond, ovale ou une petite balle???

    mai 1, 2011 à 6:28

  4. ils glissent sur la glace après un palet.

    mai 2, 2011 à 7:21

    • granny

      comme Lucas, qui a eu du mal à digérer sa 4 ème place en finale à Rouen, le jours de Pâques ………..

      mai 2, 2011 à 1:30

  5. paule

    bon, on vous gonfle avec nos grandes discussion!!message reçu!
    méméutah aurait-elle un nouveau pseudonyme,se cache – t-elle derrière granny?
    mais je l’ai reconnue elle n’échappera pas à mes vannes. je promets cependant d’être désormais respectueuse.
    alors je lance une nouvelle discussion:
    après quoi court granny?
    au début je croyais que granny était ton autre grand mère…mais sauf erreur de ma part , elle ne connait pas lucas et quand bien même elle ignorerait alors le sport qu’il pratique.

    mai 2, 2011 à 4:51

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s