Un maudit français au pays des castors

28ème avenue.

Cela fait maintenant quelques semaines que nous avons emménagé avec Denis sur la 28ème avenue, au nord du Jardin Botanique et sur les bords du Parc Maisonneuve. De quoi faire de belles balades et se dégourdire les jambes sans aller à perpette.
Voilà donc trois semaines que mon quotidien se répète jour après jour: révisions pour l’examen GRE (en anglais), condition sine qua none de ma candidature au doctorat de sciences politiques de McGill, ce qui me pousse à non seulement refaire des maths, mais à les faire en plus en anglais. Et comme c’est – en principe – réservé aux universités américaines, dans lesquelles la compétition à l’entrée est rude, il est bien évident que les énoncés sont volontairement obscurs. De quoi me donner des migraines. Heureusement, à côté des maths, il y a l’expression écrite et ça, c’est déjà un peu plus de mon domaine.

Aux révisions s’ajoutent les dossiers d’inscription aux quatre universités où je me porte candidat (sait-on jamais, il n’est pas sûr et certain que mon premier choix soit accepté), McGill, Concordia, l’UdeM et l’UQAM. Et comme, bien évidemment, les différentes universités demandent différents dossiers et différentes pièces (si c’était trop simple, j’imagine que ce serait moins drôle), je m’amuse comme un petit fou.

Jusqu’à il y a quelques jours, je mobilisait ce qu’il me restait d’énergie à la fin de la journée pour également remplir des dossiers d’immigration au Québec, histoire d’essayer de rester sur le territoire et travailler même après la fin de mon PVT. Manque de bol, il s’avère qu’en fait c’est impossible, du fait du délai de traitement de dossiers. Dossiers qui de toute manière doivent être traités en France, et nécessitent une entrevue à Paris. Une immigration de travail nécessitant de 5 à 10 mois de traitement de dossiers, autant me concentrer sur mes demandes d’universités, j’aurai mon permis d’études avant même d’avoir une réponse conditionnelle pour un visa de travail, si tant est que le gouvernement canadien m’en accorde un. Le système est à ce titre un peu pervers; étant français, il est plus aisé d’émigrer au Québec qu’au Canada anglophone, le Québec possédant un certain nombre d’accords avec la France. Néanmoins, le Québec appartenant encore au Canada, il faut également soumettre une demande de visa fédéral. Donc en gros, vous avez plus de chance d’être accepté à l’immigration au Québec si vous êtes français, mais ça prend deux fois plus de temps du fait de la double procédure. Un bel exemple de l’efficacité légendaire de l’administration, ce système inventé pour résoudre des problèmes qu’il crée lui-même.
Quoi qu’il en soit, il me faudra quitter le territoire canadien une fois mon PVT arrivé à expiration, c’est-à-dire le 16 janvier, augurant donc un retour en France pour une période indéterminée. Si quelqu’un connaît des perspectives d’emploi à Paris, je suis preneur. Sinon, direction Dijon. Pour être tout à fait honnête, la perspective du retour suscite chez moi des émotions mitigées. J’aurai préféré rester ici mais dans le même temps, cela va me donner l’occasion de revoir un grand nombre de personnes restées dans l’Hexagone. Et puis, arrivant au bout de mes bas de laine, je ne peux de toute manière plus vivre indépendamment pour le moment. Peut être arriverai-je à décrocher un boulot pour décembre, mais même dans ce cas, cela ne fera figure que de soins palliatifs pour mon compte en banque. Bref, sans papiers, ni argent, retour chez papa-maman, en attendant un retour prochain dans la Belle Province.

Voilà pour les nouvelles, avec en prime, des photos de l’appartement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le mot du jour: Bigorexie.
La chanson du jour: Rolling in the Deep

Publicités

7 Réponses

  1. marine

    Super appart ! 🙂

    novembre 22, 2011 à 5:34

  2. Il ne tient qu’à toi d’en profiter ^^!

    novembre 22, 2011 à 5:37

    • marine

      je prie pour ça 😉

      novembre 22, 2011 à 5:39

  3. marine

    (et super chanson)

    novembre 22, 2011 à 5:38

  4. le concept bureau cuisine est original. au début on se dit pourquoi pas car, ton camarade semble travailler sèrieusement;puis…le regard se porte au second plan sur …la bouteille .là, le doute s’installe!!
    c’est toi qui dort si près du ventilateur? avec un casque alors?!
    la perspective de ton retour en france est plutôt une bonne nouvelle pour nous en tout cas; j’espère que tu viendras nous raconter de vive voix tes périples…si tu as peur d’être trop à l’étroit on pourra tendre un hamac dans le jardin;il y a chez nous une certaine faune (hérisson et renard!)cela leur ferait de la visite nocturne.
    gros bisous et bon courage pour tes étude . à bientôt
    une envie à Noël (cd, autre que nous pourrions te poster?)ce n’est pas le maigre chèque que je pourrais te faire qui renflouera tes finances, alors j’opterai pour un cadeau.
    que ne trouves- tu pas au canada que je pourrai t’envoyer?(qq ch qui te sert à bivouaquer que j’irai voir à » nature et découverte » par ex?)
    guide moi
    bises
    paule

    novembre 22, 2011 à 6:25

    • Je n’ai pas besoin de grand chose en fait. J’arrive à manger étant donné qu’on a fait des courses en gros en emménageant, j’ai de quoi m’habiller et j’ai un vélo pour me déplacer.
      Mais si je pense à quelque chose dont j’aurais besoin en particulier, je te le ferai savoir!

      décembre 2, 2011 à 7:03

  5. Sympa l’appart !! avec lave vaisselle et machine à laver en plus !! héhé
    Pas besoin de hamac pour venir squatter à Lyon, j’ai un immmmmense appartement… 🙂

    novembre 22, 2011 à 10:08

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s